Aller au contenu
Accueil » Articles Santé » Adénite mésentérique

Adénite mésentérique

adenite mesenterique schema

Introduction de l’adénite mésentérique 

« Madame, Monsieur, votre enfant a probablement une adénite mésentérique ». Et là dans votre tête, tout commence à se troubler. Vous vous demandez quelle est cette maladie qui vous est complètement étrangère ? Vous avez raison ! Le grand public connait très peu la lymphadénite mésentérique (adénite mésentérique : c’est la même chose). Alors que c’est une maladie très fréquente. Je la rencontre quasi quotidiennement à mon cabinet.

 

On confond cette affection avec l’appendicite aigüe. En effet, il y a une similitude de leur présentation. Elle est également fréquente en accompagnement d’une infection des voies respiratoires supérieures chez les enfants (rhinopharyngites, angines). 

Généralités 

Qu’est-ce que l’adénite mésentérique ? 

systeme lymphatique

L’adénite mésentérique également appelée lymphadénite mésentérique est une inflammation des ganglions lymphatiques. Ces ganglions se situent dans la membrane qui relie votre intestin à la paroi abdominale. Cette membrane s’appelle le mésentère.

La douleur se situe au niveau du ventre. Plus précisément au niveau de la fosse iliaque droite. C’est à dire au niveau du quadrant inférieur droit de l’abdomen. En bas et à droite du ventre pour faire simple. 

schema fosse iliaque droite

L’adénite mésentérique résulte généralement d’une infection intestinale. Elle atteint essentiellement les enfants et les adolescents. Cette affection douloureuse peut imiter les signes avant-coureurs de l’appendicite. Contrairement à l’appendicite, elle est rarement grave et disparaît généralement d’elle-même. 

L’adénite mésentérique survient généralement chez les enfants, les adolescents et les jeunes adultes des deux sexes. Il y a un peu plus de garçons que de filles atteints.

L’adénite mésentérique est probablement plus fréquente que l’appendicite aigüe au cours de la première décennie de la vie. L’appendicite aiguë devient plus fréquente au cours de la deuxième décennie. Tandis que l’adénite mésentérique est nettement plus rare après l’âge de 20 ans. 

L’adénite mésentérique est divisée en deux groupes

L’adénite mésentérique primaire ou aigüe non spécifique

C’est une lymphadénopathie (inflammation des ganglions), principalement du côté droit de l’abdomen, sans processus inflammatoire aigu identifiable.

La lymphadénite mésentérique aigüe non spécifique est une affection inflammatoire transitoire affectant les ganglions lymphatiques mésentériques. Elle est plus fréquente chez les enfants et les adolescents, bien qu’elle puisse occasionnellement toucher les adultes. Le terme primaire dans ce cas-là signifie plus simplement que les ganglions mésentériques s’enflamment sans que l’on retrouve la cause responsable. 

L’adénite mésentérique aigüe primaire évolue de façon transitoire. Les douleurs abdominales disparaissent en 2 à 3 semaines, et ce de façon spontanée. 

L’adénite mésentérique secondaire

Elle est associée à un mécanisme inflammatoire intra-abdominal (dans le ventre) bien identifié. Il s’agira d’infections, de maladies inflammatoires, de cancers…. 

Qu’est-ce que le mésentère ? 

Le péritoine est la plus grande membrane séreuse de l’organisme. Le péritoine se divise en deux parties. On a en effet, le péritoine pariétal et le péritoine viscéral. Le péritoine pariétal tapisse la paroi de la cavité abdominale. Le péritoine viscéral recouvre certains organes de la cavité et constitue leur séreuse (fine membrane tissulaire entourant les viscères). Le mince espace situé entre les deux feuillets du péritoine contient du liquide séreux lubrifiant. C’est ce qu’on appelle la cavité péritonéale. 

schema instestin

Le mésentère est un repli du péritoine en forme d’éventail. Il lie le jéjunum et l’iléon de l’intestin grêle à la paroi abdominale postérieure. Il s’agit du pli péritonéal le plus massif. Généralement chargé de graisse, il contribue largement à la taille de l’abdomen chez les personnes obèses. Et oui, si vous prenez du ventre, c’est en grande partie votre péritoine qui va s’engraisser! Il s’étend de la paroi abdominale postérieure pour envelopper l’intestin grêle, puis revient à son origine, formant une structure à double couche. Entre les deux couches se trouvent des vaisseaux sanguins et lymphatiques et des ganglions lymphatiques. 

Que sont les ganglions mésentériques ? 

schéma ganglions lymphatiques

L’adénite mésentérique provoque une inflammation et un gonflement des ganglions lymphatiques à l’intérieur de l’abdomen. Les ganglions lymphatiques sont de petits organes en forme de haricot. Ils contiennent des globules blancs que l’on appelle lymphocytes. Ils font parti du système lymphatique de votre organisme. Les ganglions lymphatiques ont un rôle primordial dans votre système immunitaire. Ils filtrent les microbes (bactéries, virus …) du liquide lymphatique afin que votre organisme puisse éliminer ces substances dangereuses. 

Les ganglions lymphatiques mésentériques ou glandes mésentériques constituent l’un des trois principaux groupes de ganglions lymphatiques mésentériques supérieurs. Ces ganglions se situent entre les couches du mésentère. 

Ils sont au nombre de cent à cent cinquante. Les ganglions mésentériques se situent en deux groupes principaux : 

  • Un premier groupe iléocolique situé à côté de la paroi de l’intestin grêle, parmi les rameaux terminaux de l’artère mésentérique supérieure.  
  • Un second groupe mésocolique, plus important, placé en relation avec les boucles et les branches primaires des vaisseaux sanguins. 

Quelques mots sur la lymphe 

Pour comprendre l’adénite mésentérique, il faut avoir quelques notions concernant le système lymphatique. 

Les ganglions lymphatiques reçoivent certaines cellules et débris cellulaires du système circulatoire, en provenance par exemple de la réponse immunitaire due à une infection locale, à des cellules cancéreuses et à des réponses inflammatoires. 

La lymphe est filtrée par les ganglions lymphatiques . Ensuite, elle va pénétrer dans le système circulatoire central (artères et veines, nettement mieux connues). Ces ganglions recueillent le matériel cellulaire (débris de cellules mortes), les corps étrangers et les cellules cancéreuses. 

Le système lymphatique est comme le système circulatoire veineux. Il est composé de vaisseaux qui transportent le fluide dans tout le corps. Ce fluide est transporté par un réseau de vaisseaux lymphatiques. Ces vaisseaux lymphatiques finissent par se déverser dans le système veineux central via le canal thoracique ou le canal lymphatique droit. Les contractions musculaires provoquent le mouvement de la lymphe.

Les ganglions lymphatiques capturent et détruisent les envahisseurs microscopiques tels que les bactéries et les virus. 

Les ganglions lymphatiques sont importants dans le fonctionnement du système immunitaire. En effet, ils contiennent des lymphocytes, des macrophages et des cellules dendritiques. Ce sont les cellules importantes de la réponse immunitaire, prêtes à réagir à tout antigène trouvé dans la lymphe. Les antigènes sont des toxines ou des substances étrangères qui induisent une réponse immunitaire dans l’organisme. 

On trouve des ganglions lymphatiques dans tout le corps. Ils sont souvent juste sous la peau, avec des amas rassemblés dans le cou, les aisselles et l’aine. Les cavités abdominale et thoracique contiennent des ganglions situés plus profondément. 

Je sais, c’est compliqué, mais c’est important de savoir qu’il existe des artères, des veines et des vaisseaux lymphatiques. Peu de gens réalisent cela en général. Un exemple concret pour vous faire visualiser la lymphe : c’est le liquide contenu dans une cloque en cas de brulure. 

Quand consulter un médecin ? 

Les douleurs abdominales sont fréquentes chez les enfants et les adolescents. Il peut être difficile de savoir s’ il s’agit d’un problème qui nécessite une attention médicale. A ce moment-là, écoutez votre bon sens. Si vous n’êtes pas inquiet, alors surveillez votre enfant en attendant de voir ce qui se passe. Si votre enfant vous inquiète, alors là, pas d’hésitation, on consulte. Voici quelques exemples de situations qui peuvent vous motiver à consulter. 

En règle générale, consultez immédiatement votre médecin si votre enfant présente des douleurs abdominales :

  • Soudaines et sévères, 
  • Accompagnées de fièvre, 
  • Accompagnées de diarrhée ou de vomissements. 

En outre, appelez votre médecin si votre enfant présente les signes et symptômes suivants qui ne s’améliorent pas rapidement : 

  • Douleur abdominale accompagnée d’un changement dans les habitudes d’évacuation des selles. 
  • Douleurs abdominales accompagnées d’une perte d’appétit (anorexie).
  • Douleurs abdominales qui perturbent le sommeil.  

Causes de l’adénite mésentérique 

Physiopathologie et histopathologie 

L’adénite mésentérique primaire est le plus souvent une lymphadénopathie dans le mésentère près de l’iléon terminal (une des parties de l’intestin grêle ou « petit intestin ») sans cause sous-jacente retrouvée pour l’inflammation.

L’adénite mésentérique se présente également comme secondaire, comme par exemple à une gastro-entérite bactérienne ou virale.

Mais quelle est la physiopathologie pour qu’une telle infection se produise ?  La bactérie ou le virus est ingéré(e) par voie orale. Le microbe peut ensuite s’introduire dans la circulation sanguine de l’organisme en traversant l’intestin. Ceci se fait au travers de l’épithélium intestinal (couche de cellules intestinales recouvrant l’intérieur de l’intestin). 

L’organisme (la bactérie ou le virus : faut suivre !) se localise ensuite dans le tissu lymphatique nodal de l’organisme entourant la muqueuse intestinale : cela se produit généralement dans les plaques de Peyer.  De là, l’organisme peut se propager régionalement par les voies lymphatiques jusqu’aux ganglions lymphatiques mésentériques, entraînant une adénite mésentérique

Petite précision anatomique, qui j’en suis sûr, va vous ravir (mais vous pouvez zapper si besoin). Les plaques de Peyer (ou nodules lymphoïdes agrégés) sont formées par des follicules lymphoïdes organisés. Elles doivent leurs noms à l’anatomiste suisse du XVIIe siècle Johann Conrad Peyer. Elles constituent une partie importante du tissu lymphoïde associé à l’intestin, que l’on trouve habituellement chez l’homme dans la partie inférieure de l’intestin grêle, principalement dans le jéjunum distal, l’iléon et l’appendice, mais que l’on peut également détecter dans le duodénum. 

Encore plus compliqué, et après j’arrête de faire le fanfaron ! Le tissu lymphoïde de l’adénite mésentérique, examiné au microscope, présente une densité accrue de plasmocytes et d’immunoblastes dans les régions corticales et paracorticales, un œdème et un épaississement capsulaire, une accumulation de lymphocytes dans les sinus dilatés et une hyperplasie des centres germinaux… Voilà, c’est dit!

L’adénite mésentérique primaire ou non spécifique 

On définit généralement une adénite mésentérique primaire ou non spécifique comme une lymphadénopathie du quadrant inférieur droit du ventre. C’est une lymphadénopathie sans cause inflammatoire sous-jacente identifiable.   

Sur le plan clinique, on confond souvent l’adénite mésentérique primaire  avec une appendicite aigüe ou une invagination. L’adénite mésentérique aigüe non spécifique survient généralement chez les enfants, les adolescents et les jeunes adultes.  

L’hémogramme et la protéine C-réactive sont des marqueurs biologiques d’une infection et/ou d’une inflammation. Ils sont d’une utilité limitée. En effet, ils ne permettent pas de distinguer les patients avec et sans adénite mésentérique.  

echographie adenite mesenterique

L’échographie, pilier du diagnostic, révèle la présence d’au moins 3 ganglions lymphatiques mésentériques d’un diamètre de 8 mm ou plus selon l’axe court, sans processus inflammatoire sous-jacent identifiable. On ne voit que ces ganglions et rien d’autre. Elle pourra montrer également un léger épaississement de la paroi de l’iléon terminal et du cæcum dans une minorité de cas. A noter que le cæcum est la première partie du colon ou « gros intestin » à la jonction avec l’iléon. L’appendice se trouve sous le cæcum. 

Une infection des voies respiratoires supérieures est le deuxième symptôme le plus couramment associé à l’adénite mésentérique. Cette infection de la sphère ORL (touchant le nez, la gorge et les oreilles) sera souvent associée à des adénopathies cervicales. En effet, très souvent, des enfants ayant une angine ou une rhinopharyngite ont des douleurs abdominales associées. Et comme par effet de magie, cette douleur abdominale se situe au niveau de la fosse iliaque droite (en bas à droite du ventre). Et si on fait une échographie abdominale, bingo ! On retrouve fréquemment une adénite mésentérique.  

Tout ça pour comprendre que le microbe donnant l’angine ou la rhinopharyngite sera également responsable de l’adénite mésentérique. Il aura fait un “petit voyage” de la gorge vers le fin fond de l’abdomen et aura provoqué une adénolymphite mésentérique ! 
 
 

Lymphadénite mésentérique secondaire 

L’appendicite, les maladies inflammatoires de l’intestin et, plus rarement, les maladies inflammatoires chroniques systémiques telles que le lupus érythémateux systémique (LES), la sarcoïdose et la maladie granulomateuse chronique sont des causes d’adénite mésentérique secondaire. Mais comme nous le verrons, il existe d’autres maladies responsables. 

Maladies provoquant une adénite mésentérique

Formes aigües 

On va maintenant détailler quelques maladies aigües provoquant une adénite mésentérique. Dans ce cas-là, on retrouve la maladie sous-jacente responsable de l’adénite mésentérique. Ça sera donc une forme secondaire (vous suivez … ?). 

Il pourra s’agir d’une appendicite aigüe, d’une crise de diverticulite (inflammation d’un diverticule colique), d’une cholécystite aigüe (inflammation de la vésicule biliaire).

Infections bien identifiées provoquant l’adénite mésentérique secondaire : 

  • Infections zoonotiques : yersiniose (Yersinia enterocolitica ou pseudotuberculosis) et infection à Salmonella non typhoïde. Petite parenthèse, les zoonoses sont des infections se transmettant des animaux vertébrés à l’homme, et inversement. 
  • Fièvre entérique. 
  • Syndrome mononucléosique (virus d’Epstein-Barr, Toxoplasma gondii, et Bartonella henselae). 
  • Infections à Helicobacter jejuni,  à Campylobacter jejuni, à Salmonella, à Shigella et à certaines variétés de virus.

Cette liste non exhaustive, un peu rébarbative je vous le concède n’a pour seul but de vous faire comprendre qu’il existe de multiples germes (microbes) qui peuvent provoquer ce problème d’adénite mésentérique

On pense que les agents pathogènes accèdent par les lymphatiques intestinaux et se multiplient ensuite dans les ganglions lymphatiques mésentériques. À l’examen macroscopique, (c’est à dire ce que l’on voit à l’œil nu) les ganglions lymphatiques sont hypertrophiés (gros) et mous. Au microscope, on observe une hyperplasie (augmentation de volume) non spécifique et, en cas de suppuration, une nécrose et du pus. 

Parfois, chez les jeunes enfants et les nourrissons, une iléocolite peut également être présente, ce qui suggère que l’atteinte des ganglions lymphatiques peut être secondaire à un agent pathogène entérique primaire. 

Yersinia enterocolitia est le microbe le plus couramment retrouvé en Europe tempérée, en Amérique du Nord et en Australie. Cette infection par Yersinia enterocolitia est plus fréquente chez les garçons. 

Formes chroniques (ou subaigües) 

Dans ce cas, on va retrouver des maladies qui évoluent sur un temps plus ou moins long. Ces maladies pourront être : 

  • Les maladies inflammatoires de l’intestin comme la maladie de Crohn ou la colite ulcéreuse. 
  • Maladies inflammatoires chroniques systémiques (lupus érythémateux systémique, polyarthrite rhumatoïde, sarcoïdose entre autres). 
  • Les cancers, en particulier lymphome gastro-intestinal primaire, la cause maligne la plus fréquente de lymphadénopathie mésentérique. 
  • Les autres causes de lymphadénopathie mésentérique liées au cancer comprennent le carcinome de la vessie, le mélanome malin, la leucémie, le sarcome de Kaposi et les sarcomes provenant de structures abdominales. Le sein, le poumon, le pancréas et les cancers gastro-intestinaux peuvent aussi être responsables d’une adénite mésentérique. 
  • Diverticulite, c’est à dire une inflammation de la paroi du gros intestin. 
  • Pancréatite qui est une inflammation du pancréas. 
  • Infection par le VIH. 
  • La tuberculose. Il s’agit d’une infection bactérienne qui s’attaque généralement aux poumons. Mais elle peut aussi s’attaquer à d’autres parties du corps comme l’abdomen. 
  • Maladie de Whipple causée par la bactérie à Gram positif Tropheryma whipplei (ça, c’est juste pour l’anecdote !). 

Complications de la lymphadénite mésentérique 

Si on ne traite pas une adénite mésentérique bactérienne sévère, la bactérie peut se propager dans la circulation sanguine. En passant dans le sang, cette bactérie peut provoquer une infection potentiellement mortelle que l’on appelle une septicémie. 

Alors là, on entre dans le domaine du jamais vu, en tout cas pour moi. Donc rassurez-vous, l’adénite mésentérique est dans la plupart des cas une maladie bénigne. J’ai voulu être complet en vous citant la majorité des causes d’adénite mésentérique, mais en ce qui me concerne, la plupart des cas cités me sont inconnus dans ma pratique quotidienne … heureusement. La plupart des cas que je vois sont en association chez l’enfant avec une infection ORL…et c’est tout !

Symptômes de l’adénite mésentérique 

Comme je vous l’ai déjà signalé, l’adénite mésentérique survient souvent au même moment qu’une maladie des voies respiratoires supérieures. Elle peut aussi survenir après. Les symptômes et signes pertinents de l’adénite mésentérique peuvent être les suivants : 

  • La sensibilité abdominale (la douleur) est maximale dans la fosse iliaque droite, mais elle est souvent présente plus haut vers l’épigastre (vers l’estomac). La douleur abdominale est sensiblement moins forte dans l’adénite mésentérique que dans l’appendicite. La palpation du ventre ne sera pas trop douloureuse pour un enfant qui souffre d’adénite mésentérique. Pour un enfant souffrant d’une appendicite aigüe, la palpation du ventre fera beaucoup plus mal. La douleur à la palpation est également ressentie plus profondément dans l’adénite mésentérique. Dans l’adénite mésentérique, la douleur bouge quand l’enfant est déplacé d’un côté à l’autre (contrairement à la douleur plus fixe dans l’appendicite). Une véritable rigidité abdominale est généralement absente (c’est ce qu’on appelle un ventre de bois). 
  • La fièvre varie entre 38 °C et 38,5 °C. On signale souvent des vomissements et des modifications de la fréquence et de la consistance des selles.
  • Les douleurs abdominales sont généralement sévères, mais, en règle générale, le patient ne semble pas être gravement prostré. Le caractère de la douleur abdominale varie d’une gêne à une colique sévère. La distribution de la douleur, comme celle de l’appendicite, est ressentie à la fois dans la région périombilicale (autour du nombril) et dans la fosse iliaque droite (sur le côté inférieur droit). Mais parfois, la zone douloureuse est plus large. 

Tout ça pour dire que votre médecin pleins d’expériences, aura déjà sa petite idée en ayant examiné votre enfant. Appendicite aigüe ou adénite mésentérique?  

adenite mesenterique

D’autres signes et symptômes peuvent être observés en fonction des causes d’adénites mésentériques : 

  • Diarrhée 
  • Des nausées et des vomissements 
  • Sensation générale de malaise.
  • Des signes d’infection de la gorge (à ce moment-là, l’adénite mésentérique est fortement probable) 

Diagnostic de l’adénite mésentérique 

Parfois, la lymphadénite mésentérique ne provoque aucun symptôme. Le médecin peut simplement la repérer en effectuant des examens d’imagerie pour un autre problème. 

Pour les autres, il faudra faire le diagnostic.  

Examen clinique 

Votre médecin va recueillir les antécédents médicaux de votre enfant. Il recueillera des détails sur ses signes et symptômes et procédera à l’ examen physique (examen clinique) de votre enfant. Votre médecin s’attachera surtout à l’examen de l’abdomen et l’examen de la gorge. Il demandera si votre enfant a été traité pour d’autres problèmes de santé. Mais bon, tout ça c’est la base !

Examens paracliniques 

Biologie 

Le médecin doit prescrire un hémogramme complet (globules et plaquettes sanguines), une protéine C-réactive (PCR) et une analyse d’urine. La numération globulaire (les globules blancs) et la PCR sont généralement élevées. Mais si les résultats de ces examens biologiques sont normaux, on ne peut pas éliminer pour autant le diagnostic d’adénite mésentérique. L’analyse d’urine est utile pour exclure une infection des voies urinaires. Cependant, ces examens de laboratoire n’aideront pas le médecin à faire une différence entre appendicite, invagination et adénite mésentérique. 

Imagerie 

Une échographie abdominale de votre enfant peut aider à différencier une appendicite d’une adénite mésentérique.  

On préfère souvent faire un scanner abdominal aux patients plus âgés. Ce dernier est nécessaire dans les cas où l’échographie est peu contributive (ne donne pas de résultat).

Les caractéristiques de l’une ou l’autre modalité (résultats à l’échographie et/ou au scanner) sont les suivantes : 

  • Des ganglions lymphatiques hypertrophiés, 
  • 3 ganglions ou plus, avec un diamètre sur l’axe court d’au moins 5 mm, regroupés dans le quadrant inférieur droit (voir ganglions mésentériques normaux), 
  • Dans la majorité des cas, les ganglions lymphatiques hypertrophiés sont situés en avant du psoas droit (gros muscle de cette région), ou dans le mésentère de l’intestin grêle,
  • Un épaississement de la paroi iléale ou iléocale (paroi intestinale) peut être présent,
  • La paroi intestinale est plus épaisse que 3 mm, sur au moins 5 cm de long de l’intestin,
  • Visualisation d’un appendice normal.

Traitement de l’adénite mésentérique 
 

Le traitement de l’adénite mésentérique aigüe est transitoire. On suppose, sans le prouver, que les douleurs abdominales disparaissent en 2 à 3 semaines. En pratique, c’est à peu près ce que je vois au cabinet.

Cependant, des explorations supplémentaires sont nécessaires pour mieux définir l’histoire naturelle (son évolution) de l’adénite mésentérique.

Les cas légers et non compliqués de l’adénite mésentérique et ceux causés par un virus disparaissent généralement d’eux-mêmes. Une fois le diagnostic définitivement établi, et surtout après avoir éliminé les causes secondaires potentiellement graves (comme l’appendicite aigüe par exemple), on donne des traitements pour soulager les symptômes. Ces traitements comprennent l’hydratation et la prise d’antalgiques à base de paracétamol et/ou d’Ibuprofène (Ibuprofène seulement après avis de son médecin et on évite absolument l’aspirine). 

Les médicaments utilisés pour traiter l’adénite mésentérique peuvent inclure : 

  • Les antidouleurs et les antipyrétiques (pour faire tomber la fièvre) peuvent aider à soulager l’inconfort du petit malade. Les enfants et les adolescents qui ont et/ou qui se remettent d’une varicelle ou d’un symptôme grippal ne doivent jamais prendre de l’aspirine. En effet, l’aspirine, a été associée au syndrome de Reye. C’est une affection rare mais potentiellement mortelle, chez ces enfants. Donc, PAS D’ASPIRINE. Pour l’Ibuprofène, seule la varicelle est concernée comme contre-indication (comme tous les anti-inflammatoires). On peut donner l’Ibuprofène en cas d’adénite mésentérique mais seulement après avoir eu l’accord de votre médecin. 
  • Des antibiotiques peuvent être prescrits en cas d’infection bactérienne modérée à sévère. 
  • Se reposer suffisamment. Cela peut aider votre enfant à récupérer. 
  • Boire suffisamment. L’eau aide à prévenir la déshydratation due à la fièvre, aux vomissements et à la diarrhée. 
  • Appliquez de la chaleur humide sur le ventre. Une bouilloire chaude (mais pas trop bien sûr !) et humide appliquée sur l’abdomen peut aider à soulager l’inconfort. 

Conclusion 

Vaste sujet méconnu que l’adénite mésentérique

C’est donc une pathologie très fréquente. Elle est souvent associée à des pathologies ORL bénignes de l’enfant (rhino-pharyngite et angines notamment). Dans ce cas, le diagnostic est facile et le traitement sans difficulté. La douleur disparaît généralement en quatre semaines sans séquelle.   
Si les douleurs abdominales sont le seul symptôme, l’établissement d’un diagnostic correct chez ces patients est d’une importance vitale. Elle peut contribuer à éviter une chirurgie inutile (comme l’appendicectomie).

Il est important de procéder à un interrogatoire (anamnèse) et à un examen physique (clinique) détaillés. On sera vigilant si on suspecte une éventuelle appendicite. Il faudra vérifier que l’appendice est soit normale ou non, aux examens radiologiques (échographie et/ou scanner).  Un diagnostic incorrect peut conduire à des interventions chirurgicales inutiles pour les patients. Ceci peut avoir des conséquences ultérieures néfastes avec d’éventuelles complications. 

Heureusement, à l’heure actuelle, beaucoup de patients entrent à l’hôpital pour une appendicite aigüe, et en ressortent, non opérés, avec le diagnostic d’adénite mésentérique. La médecine fait des progrès ! 

Article écrit le 1er mai 2022 par Docteur santé

Cette page médicale est une source d’information comme bien d’autres et ne détient pas forcément la vérité absolue. Si cette page répond à des questions que vous vous posez, il est impératif cependant d’en parler secondairement à un médecin pour qu’il vous confirme et vous explique vos problèmes médicaux et leurs prises en charge. Internet est sans doute une source d’information très précieuse pour vous, mais seul un médecin (médecin traitant ou spécialiste) peut faire la part des choses et vous soigner correctement.