Aller au contenu
Accueil » Articles Santé » Hypertension artérielle

Hypertension artérielle

mesure hypertension arterielle

Introduction 

L’hypertension artérielle est une pathologie très, très fréquente, qui est liée à de nombreuses causes. Elle est favorisée par pleins d’éléments extérieurs tels que la sédentarité, le poids, l’ anxiété, un régime régime riche en sel…. Surtout elle se traite dans la plupart des cas très efficacement. 

Je vais vous donner quelques réflexions et idées à son sujet, mais je ne vais pas faire un cours académique. D’autres le font très bien et ce n’est pas la philosophie de ce site. Ce seront plutôt des trucs et astuces. 

Circonstances de découverte d’une hypertension artérielle

Découverte fortuite

Le plus souvent, il s’agit d’une découverte fortuite.

En effet, quand vous vous rendez chez votre médecin généraliste, il va le plus souvent commencer son examen clinique par la prise de la tension artérielle.

Et parfois, il s’avère qu’elle peut être élevée. Mais là, pas de panique ! Cela ne veut pas dire grand chose après la prise d’une seule fois mais cela donne une indication.

Je vais vous raconter ce qu’il va se passer par la suite. Mais revenons au fait de prendre votre tension par votre médecin. 

Je pense qu’il est indispensable que votre médecin vous prenne votre tension. Même si vous allez le voir pour une douleur du gros orteil gauche.

En effet, c’est comme si vous alliez voir votre garagiste et qu’il ne fait pas les niveaux. Vous auriez l’impression que ce n’est pas sérieux.

Comment prendre la tension ?

prise de tension arterielle

La prise régulière de la tension est obligatoire. D’autant plus que souvent l’hypertension artérielle est totalement asymptomatique. Et qu’elle ne se découvre qu’au décours de cet examen archi simple qu’est la prise de tension.

Mais en fait, cet examen n’est pas si simple. Il faut que le médecin effectue la prise de la tension avec rigueur et sérieux (c’est le cas dans la plupart des cas, heureusement).  

Pour avoir une bonne mesure de la pression artérielle, vous devez déjà être reposé. Il faut que votre entourage ou le médecin lui-même ne vous aient pas stressé auparavant en parlant de choses anxiogènes. Il doit plutôt, à ce moment là, être le plus rassurant possible. Il doit vous dévêtir un minimum. En effet, le bras doit être nu afin de bien ressentir l’artère humérale. Et non ! la tension ne se prend pas sur un gros pull et encore moins sur un blouson. Vous devez être allongé, et en cas de doute, la tension doit être prise plusieurs fois. 

Et si la tension est élevée, pas de panique ! Ce n’est pas pour autant que vous êtes déjà hypertendu avec en perspective la prise de médicaments toute votre vie : on calme le jeu !!! L’hypertension artérielle est une pathologie qui demande du temps et de la réflexion dans la majorité des cas. 

Découverte suite à l’apparition de symptômes

Dans d’autres cas moins fréquents, vous (le patient !) avez une symptomatologie suspecte d’hypertension artérielle.

En français, cela veut dire que vous ressentez des choses (symptômes) anormales dans votre quotidien et que cela peut alors évoquer une HTA (abréviation : hypertension artérielle, HTA pour les intimes …médicaux). Il peut s’agir : 

  • Phosphènes : mot compliqué pour dire tout simplement des mouches devant les yeux.  Mais au final, après interrogatoire plus poussé, les gens ne voient pas vraiment des mouches. Ils voient plutôt des formes que les anciens assimilaient à des mouches (où vont-ils chercher tout ça ?).
  • Acouphènes : autre nom bizarre pour dire en fait des bourdonnements d’oreilles. C’est assez fréquent comme signe. 
  • Des maux de tête : C’est assez fréquent également. Les gens ressentent souvent une certaine chaleur ou rougeur du visage et de la tête. 
  • Une épistaxis : Waouh ! De plus en plus bizarre comme mot. C’est un saignement de nez. En ce qui me concerne, j’ai rarement vu ce symptôme dans cette situation particulière. 
  • Des choses plus rares comme essoufflement (dyspnée si vous voulez faire plus savant), douleurs dans la poitrine (douleurs thoraciques), palpitations (le fait de ressentir ses propres battements du cœur dans sa poitrine et en plus de façon désagréable), sueurs, vertiges… 

Chiffres tensionnels 

Et voilà, le tableau est dressé, donc on est HYPERTENDU , ou tout du moins il y a une suspicion. Mais comme je vous l’avais déjà dit, les carottes ne sont pas encore cuites. Mais au fait, on parle, on parle, mais ils sont à combien ces fameux chiffres de l’hypertension artérielle ? 

La tension normale ne doit pas dépasser 13,5/8,5

Si on veut être plus savant, on écrit 13,5 cm Hg / 8,5 cm Hg.

La pression artérielle s’exprime en centimètre de mercure. Si l’on veut être comme les anglo-saxons, ce sera alors 135/85 mm Hg car exprimé en millimètre de mercure.

Le premier chiffre exprime la pression systolique et le deuxième chiffre la pression diastolique.

Donc, quand l’élévation des chiffres se trouve au-dessus de 14/9 (ou 140/90) on commence à parler d’hypertension artérielle

OK, OK, mais quand le docteur a trouvé une tension élevée, on fait quoi ?? 

Déjà, on se calme, car le stress fait monter la tension !!! 

HTA

Prise en charge d’une tension élevée trouvée au cabinet du médecin 

Hypertension modérée à moyenne

Dans la plupart des cas, la tension est découverte fortuitement, et elle n’est pas forcément très élevée. En ce qui me concerne, j’ai deux grandes attitudes dans ce cas là : 

Patient sans comorbidité

Soit le patient (c’est à dire vous), êtes jeune ou pas trop vieux (ça dépend comment on voit les choses), et n’avez pas forcément de comorbidités. Comorbidités, c’est quoi ce gros mot ??  Ce mot signifie le fait pour une personne d’avoir plusieurs maladies chroniques à la fois avec toutes les conséquences qui se multiplient (et non pas qui s’additionnent). 

Dans ce cas-là, ON A LE TEMPS! Vous ne risquez pas de mourir à court terme (en tout cas pas pour ça). 

Il faut plusieurs mesures avec des chiffres élevés sur une période plus ou moins longue.

L’idéal est de demander pour votre anniversaire, votre fête ou à papa noël… un tensiomètre automatique afin de faire des auto-mesures à la maison, de préférence un appareil avec brassard.

tensiometre avec brassard

C’est une des meilleures façons de voir où l’on va. C’est en plus recommandé par la fédération française de cardiologie (c’est vous dire) et cela évite le fameux effet “blouse blanche “.

Et oui, le médecin à lui tout seul est souvent anxiogène quand il prend la tension et il la fait monter artificiellement. 

Si les chiffres confirment l’hypertension artérielle, vous serez alors intégré dans le club très dense des hypertendus français (environ 11 millions de personnes). 

Et si les chiffres ne peuvent pas conclure, c’est alors le cardiologue qui aura le dernier mot après avoir réalisé une MAPA. C’est quoi une MAPA? Je ne vous le dirai pas, vous le saurez en lisant la suite de l’article !

Patient présentant des comorbidités

patient obese

Soit le patient est fragile en raison de plusieurs facteurs de risques cardiovasculaires et/ou s’il présente plusieurs comorbidités.

Il va aller directement chez le cardiologue même si la tension est peu élevée afin de faire plein d’examens.

En effet, la tension élevée chez ces patients à risque ne représente pas qu’un problème de plus, mais il potentialise les autres problèmes. C’est à dire que la machine risque de s’emballer et de créer de gros problèmes ( AVC, infarctus du myocarde entre autres).

Mais là encore, pas de panique, car si la prise en charge est rapide, tout sera très bien maitrisé au final avec un retour dans la zone verte rapidement. 

Hypertension sévère

En ce qui concerne les cas beaucoup moins fréquents d’une tension vraiment élevée avec des chiffres au-dessus de 18/10 par exemple, et en plus si la tension s’accompagne de symptômes, là on ne tergiverse pas. Le patient va repartir du cabinet avec un traitement à prendre immédiatement et avec un courrier pour le cardiologue et des examens à réaliser de suite.

Et si le RDV pour le cardiologue est trop long, demandez à votre médecin d’intervenir pour accélérer les choses car il a ce pouvoir (et bien d’autres). Dans ce cas-là, le diagnostic d’hypertension artérielle ne fait aucun doute. 

Quels examens faire après le diagnostic d’hypertension artérielle ?

Prise de sang et analyse d’urines

Dans tous les cas, il y a obligation de réaliser une prise de sang et une analyse d’urines. 

Ben pourquoi docteur ? Je ne comprends pas le rapport ?

En fait, 90 % des hypertensions sont d’apparition spontanée (et oui tout fout le camp! « Il ne faudrait pas vieillir docteur » comme j’entends à longueur de journée). Les 10 % restantes sont des conséquences d’autres maladies comme : 

  • Une maladie des glandes surrénales. 
  • Une maladie rénale. 
  • Une maladie endocrine. 
  • Une maladie vasculaire (maladie des vaisseaux sanguins). 
  • Une conséquence médicamenteuse. 
  • Dans de très rares cas, une maladie génétique. 

Consultation d’un cardiologue

Et ensuite, j’encourage tous les patients à aller consulter un cardiologue, même si la tension est modérée, sans facteur de risque cardiovasculaire associé, et en lui amenant également vos résultats sanguins. 

C’est bien que ce dernier puisse confirmer cette hypertension artérielle. Et surtout qu’il s’assure que le cœur n’a pas souffert. Par exemple si la tension était déjà élevée depuis longtemps mais silencieuse (la fourbe!), et qu’il n’y ait pas d’autres maladies cardiovasculaires associées. 

Le cardiologue (ou cardio pour les intimes) vous fera plusieurs examens : 

  • Un électrocardiogramme (étude entre autres du rythme cardiaque). 
  • Une échographie du cœur
  • Très souvent une MAPA (la fameuse).

La MAPA, ou mesure ambulatoire de la pression artérielle sur 24 heures (ou Holter tensionnel) est réalisée à l’aide d’un petit boitier d’enregistrement de la tension que l’on promène partout pendant 24 heures y compris dans son lit. 

  • Une échographie rénale pour visualiser des anomalies des reins par exemple. 
  • Et parfois, une épreuve d’effort, un doppler artériels (dont carotides et artères rénales) … 

Comment traite-t-on l’hypertension artérielle ? 

Là cela devient compliqué, et pour vous et pour le docteur. 

Traitement de l’hypertension artérielle côté patient

Pour vous, car si l’hypertension artérielle est votre première vraie maladie chronique diagnostiquée, il faut digérer ce choc et accepter l’idée d’avaler au moins un médoc tous les jours à vie.

Mais si on voit le verre à moitié plein, on peut se dire qu’avec cette découverte et avec ce traitement, on va éviter des catastrophes (catastrophiques !!! ) comme AVC (accident vasculaire cérébral), infarctus, insuffisance cardiaque, insuffisance rénale et dialyse et j’en passe des meilleurs.

Donc… c’est un moindre mal et finalement on va plutôt bien s’en sortir et faire de vieux os en forme. 

Il va falloir par contre aussi faire des efforts, plus ou moins importants selon les cas et adopter des règles hygiéno-diététiques.

Je sais, c’est un peu pédant comme concept et beaucoup à la mode, mais malheureusement pour vous, cette chose bizarre que l’on vous demande est vraiment nécessaire.

En effet, de bouger plus, d’avoir une activité physique, de manger mieux et moins riche (surtout en cholestérol), de manger moins salé, d’adopter la zen-attitude, de lâcher un peu le klaxon, de perdre un peu les bourrelets disgracieux, de lutter contre le surpoids… C’est un gros complément au traitement chimique et cela augmente considérablement l’espérance de vie. 

Traitement de l’hypertension artérielle côté docteur

medicament pour l'ypertension

Quant au docteur, il va falloir qu’il réfléchisse.

En effet, il existe plusieurs centaines de médicaments utilisables dans cette indication-là de tension trop élevée. Ils sont répartis en plusieurs familles de médicaments anti-hypertenseurs. Ces médicaments ont plein de contre-indications selon les cas, et ils sont incompatibles avec plein d’autres médicaments.

En plus, certains médicaments seront utilisés pour la tension mais aussi pour d’autres maladies.

Un vrai casse-tête, mais il gèrera, soyez en sûr, pour faire baisser la tension.

Ces médicaments antihypertenseurs sont classés en plusieurs grandes familles : les diurétiques, les inhibiteurs calciques, les antagonistes de l’angiotensine II, les inhibiteurs de l’enzyme de conversion et les bétabloquants. Mais là, on rentre dans le chinois et ce n’est pas le plus intéressant pour vous, c’est juste que ça existe et que c’est bon pour la culture générale ! 

Conclusion 

Une fois le diagnostic posé d’hypertension artérielle, que tous les examens auront été réalisés, que le bon traitement aura été préconisé, le médecin s’assurera : 

  • De l’efficacité du ou des médicaments antihypertenseurs choisis et de leurs bonnes tolérances. 
  • De la nécessité d’être suivi régulièrement par le cardiologue selon les cas :

– tous les 2-3 ans pour tous les patients bien équilibrés pour leur tension et sans autre problème cardiovasculaire ou autre,

– à tous les 3 mois pour les patients aux multiples pathologies dont l’hypertension artérielle. 

  • Dans tous les cas, il vous conseillera l’automesure à la maison à faire de temps en temps ou si apparition de symptômes.

Très important, certains patients prennent ces petits objets merveilleux d’automesure de la tension pour des jouets et tombent dans l’addiction de la prise de tension plusieurs fois par jour, ou même par heure. Çela ne sert à rien, et en plus au final c’est anxiogène avec le risque de se faire monter tout seul la tension. 

Article écrit le 10 mars 2022 par Docteur santé

Cette page médicale est une source d’information comme bien d’autres et ne détient pas forcément la vérité absolue. Si cette page répond à des questions que vous vous posez, il est impératif cependant d’en parler secondairement à un médecin pour qu’il vous confirme et vous explique vos problèmes médicaux et leurs prises en charge. Internet est sans doute une source d’information très précieuse pour vous, mais seul un médecin (médecin traitant ou spécialiste) peut faire la part des choses et vous soigner correctement.