Aller au contenu
Accueil » Articles Santé » Les troubles des règles

Les troubles des règles

Ça fait longtemps que je voulais écrire un article au sujet des troubles des règles. Je ne vais pas vous faire un cours de gynécologie détaillant les différentes pathologies provoquant des troubles des règles. Je vais en citer plusieurs bien évidemment.

Par contre, le sujet de l’article va plutôt être une succession de définitions. En effet, il n’y a pas qu’un seul trouble des règles. Il en existe de multiples. Et je voudrais dans ce sujet que vous puissiez connaître la signification de chaque terme médical concernant les troubles des règles. Les règles pourront être trop longues, trop abondantes, trop courtes, absentes, douloureuses ….

A chaque situation, il existe un terme médical bien précis. A moi de vous décrypter ce langage ésotérique que nous affectionnons tant, nous les médecins ! 

rappels sur les règles

Les règles correspondent aux pertes sanguines provenant de l’utérus. Elles surviennent à chaque début de cycle menstruel.

Tout le processus du cycle menstruel a pour finalité de préparer la femme à une éventuelle grossesse. Le lien que je vous ai donné ci-dessus explique parfaitement les choses. Je ne vais donc pas entrer dans les détails mais si vous voulez en savoir plus, n’hésitez pas, car c’est un sujet passionnant. 

Le cycle menstruel dure classiquement 28 jours. Mais comme rien n’est simple en médecine (je vous le rappelle encore une fois), il peut durer plus ou moins que 28 jours. On considère comme étant encore normale, une durée du cycle menstruel de 21 jours à 35 jours 

Le premier jour du cycle menstruel correspond aux premiers jours des règles. Ce sang expulsé du corps des femmes par voie vaginale correspond à l’évacuation d’une grosse partie de la muqueuse de l’utérus. En effet, cette muqueuse utérine s’est préparée pendant tout le cycle précédant à recevoir une éventuelle grossesse. Au final, cette muqueuse utérine sera alors éliminée par le vagin si la grossesse n’a pas démarré. C’est ce qu’on appelle la phase de desquamation. La muqueuse utérine sera éliminée en grande partie, mais pas en totalité. La muqueuse utérine, appelée également endomètre, est le tissu qui recouvre l’intérieur de l’utérus. 

Dernière petite précision, les règles normales durent en moyenne de 3 à 5 jours. Cette durée normale pourra s’étendre de 2 jours à 7 jours. La quantité moyenne des règles est d’environ de 50 à 80 ml. 

Les règles normales arrivent donc tous les 28 jours (en moyenne), et durent entre 3 et 5 jours (toujours en moyenne). Ces durées sont retrouvées dans le meilleur des mondes. Ce n’est pas toujours aussi simple. Bien des choses peuvent survenir, plus ou moins graves, et déséquilibrer cette belle horlogerie. Ces événements viendront perturber le cycle menstruel et donner par là même des troubles des règles. 

Mais quels sont donc ces troubles des règles

Une aménorrhée correspond à une absence totale de règles. 

L’aménorrhée peut être primaire ou secondaire. 

On parle d’aménorrhée primaire chez une fille qui a 16 ans ou plus, et qui n’a toujours pas eu ses règles. Dans ce cas de troubles des règles, il existe quatre grands groupes suivant les origines de l’aménorrhée primaire : 

  • La jeune fille a une croissance normale. Elle a aussi des caractères sexuels secondaires normalement développés. On parle de caractères sexuels secondaires quand on évoque le développement des seins, et le développement de la pilosité pubienne et axillaire (sous les bras). Donc au final, tout s’est bien développé (y compris l’utérus), la fille prépubère s’est transformée en jeune femme, mais il manque toujours l’apparition des règles. 
aménorrhée primaire
  • La femme possède un utérus mais a des glandes mammaires absentes ou peu développées. 
  • La femme n’a pas d’utérus mais a des glandes mammaires normalement développées. 
  • La femme n’a ni utérus, ni glandes mammaires. 

L’aménorrhée secondaire survient chez une femme qui a été précédemment réglée. 

Tout d’un coup, une femme ne va plus avoir ses règles. 

On parle d’aménorrhée secondaire pour une durée minimum de trois mois sans avoir eu ses règles. Ceci est vrai pour les femmes qui avaient précédemment des cycles réguliers. 

Pour les femmes ayant précédemment des cycles irréguliers, on parle d’aménorrhée secondaire après une durée de six mois sans règles. 

  • La grossesse : c’est un des troubles des règles les plus fréquent. La grossesse n’est pas une maladie mais elle donne une aménorrhée. D’ailleurs, on compte en “semaine d’aménorrhées “ pour suivre une grossesse.
femme enceinte
  •  Retard de puberté. 
  • Troubles psychologiques. 
  • Tumeurs (cérébrales, surrénaliennes et gynécologiques).  
  • Malformations génitales et maladies génétiques.
  • Suites d’interventions gynécologiques (dont les IVG). 
  • Causes médicamenteuses (traitements hormonaux notamment). 
  • Pathologies ovariennes. 
  • Ménopause précoce. 
  • Hystérectomie. 

Il existe d’autres causes concernant ces troubles des règles. Comme vous avez pu le constater, les causes sont multiples. Elles peuvent être d’origine cérébrale. En effet, le cerveau commande le cycle menstruel par l’intermédiaire des hormones. L’aménorrhée peut aussi être due à une cause purement gynécologique. Si vous voulez en savoir beaucoup plus, lisez cet article passionnant sur les aménorhées.

Les ménorragies sont des troubles des règles très fréquemment rencontrés. En cas de ménorragies, les règles seront plus abondantes que normalement et/ou seront d’une durée plus longue que la normale. Parfois, ce sont les fréquences des règles qui sont affectées. 

Des douleurs abdomino-pelviennes accompagnent parfois les ménorragies. On retrouvera aussi parfois une anémie comme conséquence. 

Les ménorragies sont subdivisées en plusieurs catégories. Je vais vous les détailler ci-dessous :

Les polyménorrhées sont des règles qui vont durer trop longtemps et qui seront trop abondantes. 

Les hyperménorrhées sont des règles qui ont une durée normale. Par contre, elles seront trop abondantes, c’est à dire supérieur à 80 ml. 

Les macroménorrhées sont des règles avec une quantité normale. Par contre, c’est la durée qui est trop longue avec une durée supérieure à 6-7 jours. 

Les pollakiménorrhées (ou tachyménorrhées) sont des règles survenant trop fréquemment. Dans ce cas de figure, les cycles sont donc trop courts. Les cycles vont survenir chez ces femmes de façon tout à fait anarchique. La durée des règles et leurs abondances vont être variables. Tout ceci aura comme conséquence que la patiente ne saura plus du tout où elle en est. 

Je vais vous donner quelques pistes, sans entrer dans les détails. 

  • Certaines complications de la grossesse. 
  • Grossesses extra-utérines. 
  • Suites de couches. 
  • Fausses couches. 
  • Causes médicamenteuses (contraception hormonale, anticoagulants…). 
pilule contraceptive
  • Dérèglements hormonaux (Hormones féminines, thyroïde…). 
  • Fibromes et polypes de l’utérus. 
  • Stérilet. 
  • Suites chirurgicales (dont IVG). 
  • Cancers gynécologiques. 
  • Troubles de la coagulation. 

Les métrorragies sont une cause très fréquente de consultation d’un gynécologue. Ces troubles des règles surviennent en dehors des règles comme je le signalais. On est donc un peu en dehors du sujet. En effet, le saignement dans le cas présent ne se déroule pas en même temps que les règles. Mais je tenais à en parler car c’est un sujet majeur en gynécologie vu sa fréquence ! De plus, les métrorragies sont parfois associées aux ménorragies. On parlera alors de ménométrorragies.  

Les métrorragies peuvent également survenir en dehors de la période des cycles menstruels. Cela concerne deux périodes de la vie c’est à dire avant la puberté et après la ménopause. Les métrorragies révèlent souvent des pathologies bénignes, mais pas toujours ! Donc, c’est très important de toujours consulter un gynécologue (ou tout du moins son médecin au minimum) en cas de métrorragies. Si la pathologie est bénigne, ça sera rassurant. Si c’est plus grave, plus tôt on agit, plus grandes seront les chances de prise en charge efficace. 

Un spotting est un petit saignement survenant en dehors des règles. Ce sont des saignements très légers, ne nécessitant généralement pas de protections. Ce sont des choses fréquentes et ne révélant aucune pathologie le plus souvent. La couleur est généralement brune. Il n’est généralement pas nécessaire de consulter immédiatement en cas de spotting. Par contre, si cela persiste, une consultation sera conseillée malgré tout. 

  • Déséquilibres hormonaux. 
  • Cancers gynécologiques. 
  • Pathologies utérines (adénome, fibrome, endométriose, infections …). 
  • Grossesse (dont grossesse extra-utérine). 
  • Troubles de la coagulation. 
  • Causes médicamenteuses (pilule contraceptive, anticoagulants …). 

La ménométrorragie est un saignement provenant de l’utérus. Ce dernier ne doit pas être provoqué par une grossesse, une infection ou une tumeur. C’est l’association de saignements abondants au moment des règles (ménorragies) et de saignements survenant en dehors des règles (métrorragies). 

Ces ménométrorragies surviennent chez des femmes jeunes, entamant leur période reproductive (âgées de moins de 20 ans). Elles surviennent également chez des femmes plus âgées, qui terminent leur période reproductives (à partir de 45 ans en général). 

  • Syndrome des ovaires polykystiques. 
  • Utilisation d’un stérilet.
pose sterilet
  • Femmes traitées par dialyse. 

Ce sont des règles qui vont se révéler être douloureuses. On aura des dysménorrhées primaires et des dysménorrhées secondaires. Les primaires sont les plus fréquentes. 

Il n’existe aucune maladie gynécologique dans ce cas de figure. Les règles vont s’accompagner de contractions utérines et d’une réaction inflammatoire trop importante de l’utérus. 

Ces douleurs commencent au début des règles, ou juste un peu avant. Elles sont souvent le plus intenses les deux premiers jours des règles. Mais elles peuvent aussi durer plus longtemps. 

Ces douleurs sont spasmodiques, sont ressenties en bas du ventre. Elles peuvent aussi irradier vers les cuisses et même vers le dos. Une grosse fatigue peut être associée ainsi que d’autres symptômes comme nausées, vomissements, diarrhées, maux de tête (céphalées)… 

femme ayant mal au ventre

Dans ce cas-là, les douleurs sont liées à des pathologies pelviennes.

  • Endométriose. C’est la cause la plus fréquente. 
  • Fibromes utériens. 
  • Adénomyose utérine. 
  • Malformations congénitales. 
  • Stérilet. 
  • Maladies ovariennes. 
  • Maladies pelviennes inflammatoires … 

Les oligoménorrhées sont des troubles des règles qui correspondent au fait d’avoir des règles peu abondantes.  

Ce sont des règles tellement légères que les protections ou les tampons sont à peine tachés. De plus, on en utilise très peu.  

Si cette oligoménorrhée survient tous les mois et depuis longtemps, on peut dire alors qu’elle est physiologique. Si ce trouble des règles est d’apparition récente, il faut mieux alors en parler à son médecin traitant ou à son gynécologue. 

Quelles sont les causes des oligoménorrhées : 

  • Contraception par pilule minidosée 
  • Troubles psychologiques concernant l’alimentation (anorexie et aussi la boulimie)
trouble comportement alimentaire
  • Carences oestrogéniques 
  • Synéchie utérine. Ça correspond à une adhérence cicatricielle entre les parois opposées de l’intérieur de l’utérus. Ces synéchies peuvent survenir après un curetage pour IVG ou fausse couche. Ça peut survenir aussi après une chirurgie dans l’utérus et d’autres raisons. Mais tout cela reste rare. 

Les spanioménorrhées font également partie des troubles des règles. Dans ce cas-là, c’est la durée des cycles qui est en jeu. En effet, les spanioménorrhées correspondent à des règles qui vont être beaucoup trop espacées. Les cycles menstruels vont être trop long. Je vous rappelle que la durée moyenne d’un cycle est de 28 jours. On parlera de spanioménorrhées quand il se déroule un intervalle de 6 à 8 semaines (ou plus) entre deux périodes de règles. 

La principale cause des spanioménorrhées est la présence d’une carence oestrogénique. 

carence oestrogénique

Les règles auront du mal à apparaître en raison d’une insuffisance de l’imprégnation de l’endomètre par les œstrogènes. Les carences en œstrogènes sont liées à trois principales origines : 

  • Anomalies de stimulation ovarienne. Les origines sont les tumeurs cérébrales, les tumeurs surrénaliennes et les tumeurs ovariennes. Les troubles thyroïdiens sont également retrouvés ainsi que les dérèglements de la prolactine. Anorexie mentale et sport de haut niveau sont aussi décrit comme étant responsables de spanioménnorhées. 
  • Ovaires polykystiques (ou micropolykystiques). 
  • Préménopause. Là, on n’est plus dans le pathologique. La préménopause est une période physiologique chez la femme. 

Après lecture de cet article, j’espère que vous serez plus à l’aise quant à la compréhension des termes médicaux concernant les troubles des règles. Vous avez pu vous rendre compte que ces termes sont très précis pour qualifier tel ou tel trouble des règles. C’est toujours important en médecine d’être le plus précis possible quand on parle de symptômes et/ou de maladies.  

Je suis resté sur la définition de ces termes médicaux tout en survolant aussi les principales maladies provoquant ces troubles des règles. Par ailleurs, je vous ai donné quelques liens d’autres articles pour en savoir un peu plus.   

Je pris le parti de ne pas vous parler du syndrome prémenstruel. C’est un sujet qui ne fait pas parti à proprement parlé des troubles des règles. Par contre, c’est un syndrome qui touche beaucoup de femme et qui est rythmé par les règles.

Article rédigé le 8 septembre 2022 par Docteur santé

Cette page médicale est une source d’information comme bien d’autres et ne détient pas forcément la vérité absolue. Si cette page répond à des questions que vous vous posez, il est impératif cependant d’en parler secondairement à un médecin pour qu’il vous confirme et vous explique vos problèmes médicaux et leurs prises en charge. Internet est sans doute une source d’information très précieuse pour vous, mais seul un médecin (médecin traitant ou spécialiste) peut faire la part des choses et vous soigner correctement.