Aller au contenu
Accueil » Articles Santé » Spondylolisthésis

Spondylolisthésis

mal au dos

Introduction du spondylolisthésis

Le terme spondylolisthésis vient du grec ancien, spondylo signifiant vertèbre et listhesis signifiant action de glisser. 

Mais quel est donc ce terme sorti d’outre-tombe ? On savait que la médecine regorgeait de termes compliqués, mais alors là, on atteint le top niveau! Et qui plus est, environ 4 à 8 % de la population est atteinte de ce trouble. Vous n’en revenez pas ? et c’est normal !

Et encore plus surprenant, c’est la réaction du patient quand il ramène à son médecin des radiographies de son rachis lombaire (bas du dos) et qu’il découvre qu’il est atteint d’un spondylolisthésis. Déjà qu’un compte-rendu d’une radiographie du rachis lombaire est incompréhensible pour le commun des mortels (les radiologues aiment bien le chinois !), mais là, quand le mot spondylolisthésis est lâché, on frise la crise d’angoisse : c’est quoi cette chose bizarre ? 

C’est donc une pathologie fréquente, avec plusieurs symptômes possibles, et différents traitements des plus simples au plus compliqués. Je vous rassure tout de suite, dans la grande majorité des cas, le traitement médical suffit. La chirurgie sera réservée à une minorité des patients. 

Définition 

Le spondylolisthésis correspond à un déplacement permanent du corps vertébral. C’est à dire qu’une vertèbre glisse par rapport à la vertèbre située en dessous d’elle. Elle glissera en avant la plupart du temps (antéspondylolisthésis) ou plus rarement en arrière (rétrolisthésis). Ce glissement peut survenir à tous les niveaux de la colonne vertébrale. Dans la majorité des cas, il survient surtout au niveau du rachis lombaire et plus particulièrement au niveau de la dernière vertèbre lombaire L5. 

Il existe plusieurs étiologies (terme signifiant causes des maladies) de spondylolisthésis que l’on détaillera plus bas. Dans tous les cas, cette anomalie de la colonne vertébrale entrainera de multiples conséquences : 

  • Troubles de la mécanique vertébrale. 
  • Perturbation du centre de gravité de la colonne vertébrale. 
  • Et pour finir, compression des nerfs et/ou de la queue de cheval. 

Anatomie de la colonne vertébrale et des vertèbres 

schema colonne vertébrale

La colonne vertébrale est constituée de 24 vertèbres, 7 cervicales, 12 dorsales (ou thoraciques suivant l’humeur) et de 5 vertèbres lombaires. 

On va surtout s’intéresser aux vertèbres lombaires dans ce sujet. 

Le rachis lombaire est donc composé de 5 vertèbres empilées les unes sur les autres. Le rachis est un terme médical qui signifie colonne vertébrale en français, je n’avais pas encore fait les présentations, désolé ! Elles sont numérotées de L1 à L5. Entre chaque vertèbre se situe un amortisseur qui s’appelle le disque inter-vertébral

La moelle épinière transmet les informations en provenance du cerveau à toutes les parties du corps. Elle chemine au sein de la colonne vertébrale par ce qu’on appelle le canal rachidien. Elle se termine au niveau de la 2éme vertèbre lombaire L2. En dessous, elle se prolonge par des fibres nerveuses que l’on appelle la “ queue de cheval”. Toutes ces fibres nerveuses quittent le canal rachidien sous forme de racines par des orifices latéraux ou foramen

Et pour finir, le rachis lombaire est prolongé par le sacrum, puis le coccyx. 

Ceci est un véritable raccourci concernant la description anatomique de ce système vertébral, mais le sujet est tellement vaste… Si vous voulez plus de détails, voici un article qui vous en apprendra beaucoup plus sur l‘anatomie de la colonne vertébrale.

Définition proprement dite du spondylolisthésis 

Comme on l’a déjà vu, cette pathologie peut survenir à tous les étages vertébraux. Mais on va se contenter de parler du spondylolisthésis lombaire car c’est à ce niveau-là qu’il est très majoritairement présent. 

Il existe trois types de spondylolisthésis lombaires : 

Spondylolisthésis lombaire dégénératif

Egalement appelé spondylolisthésis arthrosique. La cause du glissement est liée à l’arthrose des articulations interapophysaires postérieures (cf anatomie, car là cela devient compliqué et il faut un petit rappel avec des schémas explicatifs). Ceci entraine un glissement des vertèbres vers l’avant et concerne essentiellement L4 et L5 (dernière vertèbre lombaire je vous rappelle). Mais en plus, comme on parle d’arthrose, l’âge malheureusement est déjà plus ou moins avancé, et le disque intervertébral situé entre les deux vertèbres qui glissent, n’est pas lui non plus en grande forme. Il va finir par s’user, s’écraser sur lui-même et diminuer de hauteur. On aura alors une discopathie lombaire associée. La bonne nouvelle est que dans ce groupe, le glissement est généralement peu important. 

Spondylolisthésis lombaire par lyse isthmique

La mobilisation anormale du corps vertébral est liée à une lésion appelée spondylolyse. Il s’agit en quelque sorte d’une fracture de l’isthme articulaire vertébral (perte de continuité osseuse comme on dit en orthopédie).

Cet isthme articulaire vertébral est la zone située à la jonction entre l’articulaire supérieure et l’articulaire inférieure de l’arc postérieure de la vertèbre (partie de la vertèbre située en arrière).

Ce spondylolisthésis lombaire touche 4 à 8 % de la population.

Cette fracture isthmique peut être due dans de rares cas à un accident. Mais la plupart du temps, il s’agit d’une fracture de fatigue suite à la répétition dans le temps de contraintes excessives sur l’isthme. Mais ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit. La fracture de fatigue (drôle de concept) ne concerne pas des gens qui sont tout simplement fatigués ! Heureusement ! Cela concerne surtout les sportifs pratiquant un sport nécessitant des rotations fréquentes du dos et des hyperlordoses (bas du dos creusé et ventre dirigé vers l’avant) notables (gymnastique rythmique, équitation, sports de lancer, aviron …), et les enfants ou adolescents portant un sac à dos trop lourd.

Donc, cette pathologie est plutôt retrouvée chez un public jeune. La symptomatologie est souvent absente pendant longtemps. La découverte est souvent fortuite lors de la réalisation d’une radio ou pour une autre raison (scanner, IRM…). Pour d’autres ce sont les lombalgies (douleurs lombaires) qui sont le motif de découverte . 

Spondylolisthésis lombaire dysplasique

Il est nettement plus rare et d’origine congénitale. Par congénitale, cela veut dire que cette anomalie est déjà présente à la naissance. Et oui, chaque terme à son importance en médecine ! Le spondylolisthésis lombaire dysplasique est lié à une malformation de la cinquième et dernière vertèbre lombaire (L5) dont l’isthme est anormalement allongé. Cette dysplasie (ce terme signifie tout simplement “anomalie du développement”), provoque une malformation des corps vertébraux de L5 et S1(1ére vertèbre sacrée). Dans ce cas-là, le glissement est en principe important. Cette dysplasie vertébrale touche en général l’adolescent et l’adulte jeune. 

Facteurs favorisant le spondylolisthésis 

La forme par lyse isthmique est favorisée par : 

  • Certaines activités sportives déjà citées auparavant. 
  • Port régulier de charges lourdes et en particulier chez l’enfant avec le cartable ou le sac à dos trop lourd. 
  • Positions de travail avec positionnement penché en avant. 

La forme dégénérative est favorisée par :  

  • L’ostéoporose 
  • La ménopause 

Symptomatologie 

Le début des symptômes est variable selon le type de spondylolisthésis. Cela peut commencer à l’adolescence pour les origines dysplasiques et pour les formes traumatiques avec lyse isthmique. Pour les formes dégénératives, cela commencera bien évidemment beaucoup plus tard. Il y a aussi beaucoup de formes asymptomatiques. C’est à dire que les patients ont un spondylolisthésis, mais ils n’en souffrent pas. 

douleur dans le dos

Lombalgies basses 

Le maitre symptôme sera la lombalgie. La lombalgie, aigüe ou chronique est un des très gros morceaux de la médecine générale. Je vois tous les jours des gens qui souffrent du dos. Très souvent, ils souffrent du bas du dos ou plus précisément du rachis lombosacré. Pourquoi ce terme de lombosacré. Rappelez-vous, la vertèbre la plus souvent en cause est la 5éme vertèbre lombaire (L5). Le disque intervertébral concerné alors sera celui situé entre L5 et S1 (première vertèbre du sacrum). Ces douleurs lombaires (lombalgies) sont soit d’apparitions progressives, soit d’apparitions brutales (lumbago par exemple suite au port d’une charge lourde). Elles peuvent aussi dans le temps évoluer par crises. Il n’y a pas de grandes différences entre une lombalgie liée à un spondylolisthésis et une lombalgie liée à une autre origine. La position penchée en avant ou en arrière soulage ou aggrave le ressenti douloureux. 

Sciatique et cruralgie 

Le glissement de la vertèbre peut entrainer une compression d’une racine nerveuse à l’endroit où cette dernière sort de la colonne vertébrale au niveau du foramen vertébrale (ou trou de conjugaison). Cette compression provoque une radiculalgie et dans le cas présent, si le nerf comprimé est le nerf sciatique, on aura une sciatalgie (ou sciatique). Si c’est le nerf crural qui est comprimé, on aura une cruralgie. Dans les deux cas, la douleur neurologique descendra plus ou moins dans la jambe (pouvant aller jusqu’au pied pour la sciatique). On pourra aussi avoir une atteinte bilatérale des 2 jambes

Si le glissement est encore plus important, on peut alors avoir une sténose lombaire ou canal lombaire étroit. Ceci se fera avec un canal lombaire qui sera lui-même comprimé ainsi que les fibres nerveuses qu’il contient. 

Lombalgies basses et radiculalgies sont les symptômes les plus fréquents. La suite est beaucoup plus rare. Je n’ai vraiment pas souvent vu des patients avec les symptômes qui vont suivre, heureusement … Donc on souffle un grand coup, et on se rassure ! 

Le syndrome de la queue de cheval 

Le spondylolisthésis peut provoquer la compression avec ou non des lésions irréversibles des racines nerveuses contenues dans le cul de sac dural. Je vous rappelle que la moelle épinière s’arrête au dessus de la deuxième vertèbre lombaire. En dessous, il n’y que des racines nerveuses. 

Les symptômes alors peuvent être une paralysie partielle ou complète avec impossibilité de bouger certaines parties des membres inférieurs (genou instable, difficultés à marcher sur la pointe des pieds ou sur les talons, sensation de pied qui racle le sol). On peut avoir des troubles des sphincters avec des problèmes pour uriner, une constipation opiniâtre (chose tenace, qui ne s’arrête pas : en clair, vous êtes bouché de chez bouché), une impuissance. Tous ces symptômes nécessitent de passer par la case opération chirurgicale en urgence. 

A noter que la symptomatologie du syndrome de la queue de cheval et celle du canal lombaire étroit sont voisines dans le cas du spondylolisthésis. 

Autres symptômes 

  • Claudication neurogène : Nécessité de s’arrêter après une certaine distance parcourue avec présence.  
  • Des paresthésies. C’est quoi encore ce terme de paresthésies ?? La paresthésie est le terme savant pour désigner une sensation de fourmillements et d’engourdissement. Elle se définit plus précisément par des troubles du toucher, de la sensibilité et de la perception des sensations. Dès qu’un nerf est comprimé dans le corps humain, il se manifeste souvent par ces fameuses paresthésies. On retrouve souvent cette symptomatologie dans le canal lombaire étroit dégénératif, c’est à dire chez les personnes âgées. 

Examens permettant le diagnostic de spondylolisthésis 

Radiographies 

radio du rachis lombosacre

La radiographie est l’examen de référence pour faire le diagnostic et en plus c’est le plus simple et il reste suffisant dans de nombreux cas. 

Il s’agira de radiographies du rachis lombaire de face et de profil, et de radiographies dynamiques en flexion et en extension. C’est à dire que l’on demande au patient de se pencher en avant ou en arrière avant de prendre la radio. 

Scanner du rachis lombosacré 

Ça y est, on commence des examens plus compliqués. Le fait de faire un scanner ne veut pas forcément dire que c’est beaucoup plus grave. Il permet entre autres, de bien visualiser la lyse isthmique. Une question que l’on me pose souvent : » faut-il une injection de produit de contraste pour ce type de scanner » ? Non, pas la peine, et donc pas la peine de faire une prise de sang pour connaitre la fonction rénale. 

IRM du rachis lombosacré 

C’est l’examen le plus sophistiqué pour apprécier les dégâts. Il permet d’étudier en détail le foramen intervertébral avec visualisation de la racine nerveuse comprimée, d’analyser la compression du sac dural et de bien visualiser le disque intervertébral situé entre les 2 vertèbres. 

Electromyographie (EMG) 

Cet examen permet d’évaluer le fonctionnement des muscles et des nerfs qui les contrôlent. Examen à faire dans les cas de formes atypiques. 

Si le sujet vous intéresse, je vous conseille cet excellent article sur l’électromyogramme.

Traitements du spondylolisthésis 

Evolution naturelle 

L’évolution du spondylolisthésis est très variable selon les individus. Longtemps, il peut rester asymptomatique. L’évolution dépendra du mode de vie, des efforts effectués, de l’hygiène du dos que l’on a développé, des caractéristiques de chaque individu, du degré d’atteinte du disque intervertébral (plus le disque s’abime, plis le glissement s’aggravera avec le temps). 

L’évolution se fera par crises, avec des accalmies plus ou moins longues suivant la gestion du dos et les différents traitements. 

L’évolution finale se fera par la fusion des 2 vertèbres (au niveau de leur plateau) une fois que le disque est complétement pincé. A partir de ce moment-là, les douleurs vont souvent très nettement s’amoindrir, voire disparaitre. 

Le traitement médical 

Le traitement médical n’est que symptomatique car il ne peut pas réparer le spondylolisthésis. Il va soulager les symptômes et en particulier la lombalgie. 

Médicaments antidouleurs

Il associera des médicaments antidouleurs à prendre à la demande. Ces médicaments sont plus ou moins forts en fonction de l’intensité des douleurs. Il faut surtout essayer de ne pas devenir dépendant à des médicaments trop forts comme les opiacés. Autant ne pas créer un autre problème que celui qui nous occupe. 

On prendra des anti-inflammatoires non stéroïdiens (les fameux AINS) en cas de crise aigüe de lombalgies. Parfois, il faudra essayer les corticoïdes, c’est à dire la cortisone (mais là aussi, avec précaution). 

Infiltrations

Les infiltrations pourront être aussi préconisées (infiltrations épidurales interépineuses, foraminales et des articulaires postérieures). Mais dans ce cas-là, il vaut mieux avoir consulté un spécialiste du dos. Je recommande personnellement plutôt les neurochirurgiens qui sont vraiment très compétents en la matière. Et là, je sais ce que vous pensez. Si je vous conseille un chirurgien, c’est qu’il va vous accueillir avec son scalpel et vous opérer dans la foulée. Que nenni : un chirurgien compétent n’a jamais le bistouri facile et pourra vous conseiller un traitement médical. Il faut toujours bien se renseigner avant d’aller voir un spécialiste, et pensez à demander conseil à votre médecin traitant, car ce dernier connait bien les confrères avec qui il travaille. Il y a aussi d’autres spécialistes très compétents en la matière : rhumatologues, médecins rééducateurs, certains orthopédistes spécialistes du dos.

Si cela vous intéresse, j’ai écrit un article pour vous aider à choisir votre médecin spécialiste.

Rééducation

Une rééducation avec des exercices de renforcements des muscles lombaires et abdominaux. Inscription dans une école du dos pour la prise en charge au long cours et acquérir les bonnes pratiques pour préserver son dos. 

Réalisation d’un plâtre bermuda

Dans de rares cas, en cas de lombalgies intenses et/ou de fracture récente de l’isthme, réalisation d’un plâtre bermuda. 

Le traitement chirurgical 

Le traitement chirurgical du spondylolisthésis se fera en cas d’échec du traitement médical et de la persistance de lombalgies trop invalidantes pour la vie quotidienne. Il se fera aussi en cas de complications neurologiques avec paralysie ou en cas de lombalgies aigües insupportables (lombalgies hyperalgiques). 

L’opération chirurgicale ne concerne que 10 à 20 % des patients. 

Le traitement consiste à décomprimer des nerfs et à lutter contre le glissement vertébral en réalisant une soudure (ou fusion) entre les 2 vertèbres concernées au moyen d’une arthrodèse et d’une ostéosynthèse. L’arthrodèse se fait au moyen d’une greffe osseuse et l’ostéosynthèse se fait au moyen de l’implantation de matériel d’ostéosynthèse (vis, cages, tiges). 

Pour plus de détails concernant les techniques opératoires, vous pouvez consulter cet article sur l’ arthrodèse lombaire

Conclusion 

Le spondylolisthésis est donc une pathologie assez complexe à appréhender, et comme vous l’avez vu aussi, assez fréquente d’où l’intérêt de connaitre ce problème médical. 

Soit vous êtes atteint de ce problème, j’espère que ce sujet vous aura donné les explications attendues et vous aura aussi rassuré. Car l’histoire fini souvent assez bien, et les complications sont quand même rares et la chirurgie pas trop fréquente. En cas de chirurgie, cette dernière est le plus souvent très efficace avec disparition des douleurs à condition d’avoir choisi le bon chirurgien. 

Soit vous n’avez pas ce problème, vous aurez enchéri votre culture médicale et vous pourrez parler du spondylolisthésis lors de votre prochain repas en famille. 

Article écrit le 4 avril 2022 par Docteur santé

douleur lombaire

Cette page médicale est une source d’information comme bien d’autres et ne détient pas forcément la vérité absolue. Si cette page répond à des questions que vous vous posez, il est impératif cependant d’en parler secondairement à un médecin pour qu’il vous confirme et vous explique vos problèmes médicaux et leurs prises en charge. Internet est sans doute une source d’information très précieuse pour vous, mais seul un médecin (médecin traitant ou spécialiste) peut faire la part des choses et vous soigner correctement.